Page numérisée


www.Ostervald-1744.com
La Bible Ostervald de 1744 avec les arguments et les réflexions de l'auteur.


Nouveau Testament

Numérisation en cours : Matthieu



L’Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon Matthieu

Matthieu 12, versets 22-50

1. Jésus-Christ guérit un démoniaque et comme les pharisiens attribuaient ce miracle à la puissance du diable, notre Seigneur fait voir la fausseté et l’impiété de cette accusation en disant que le diable ne détruirait pas son propre règne. Il fait remarquer qu’il ne pourrait chasser les démons s’il n’avait une puissance plus grande que la leur et il dit aux pharisiens que leur blasphème ne leur serait jamais pardonné et que leurs discours impies étaient une preuve de l’extrême malice de leur cœur, versets 22-37.
2. Étant prié par les pharisiens de faire un signe, il le refuse et il les renvoie à sa résurrection qui devait être la dernière et la plus forte preuve de sa mission divine. Il se plaint de leur incrédulité et il allègue, dans cette vue, l’exemple des Ninivites, celui de la reine de Sçéba et une similitude, versets 38-45.
3. Il déclare que ses vrais disciples lui étaient aussi chers que ses propres parents, versets 46-50.

22. m Alors on présenta à Jésus un démoniaque aveugle et muet, lequel il guérit de sorte que celui qui avait été aveugle et muet parlait et voyait.
23. De quoi tout le peuple fut étonné et ils disaient : n Cet homme ne serait-il point le fils de David ?
24. Mais les pharisiens entendant cela, o disaient : Cet homme ne chasse les démons que par Béelzébul le prince des démons 1.
25. p Mais Jésus connaissant leurs pensées leur dit : Tout royaume divisé contre lui-même sera réduit en désert et toute ville ou toute maison divisée contre elle-même ne subsistera point.
26. q Si donc satan chasse satan, il est divisé contre lui-même. Comment donc son royaume subsisterait-il ?
27. Que si je chasse les démons par Béelzébul, vos fils par qui les chassent-ils 2?
28. Mais si je chasse les démons par l’esprit de Dieu, il est donc vrai que le règne de Dieu est venu à vous.
29. Et r comment quelqu’un pourrait-il entrer dans la maison d’un homme fort et piller son bien s’il n’avait lié cet homme fort ? Après quoi il pourrait piller sa maison.
30. s Celui qui n’est pas avec moi est contre moi et celui qui n’assemble pas avec moi disperse.
31. t C’est pourquoi je vous dis que tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne leur sera point pardonné.
32. Et si quelqu’un a parlé contre le fils de l’homme il pourra lui être pardonné, mais celui qui aura parlé contre le Saint-Esprit n’en obtiendra le pardon ni dans ce siècle, ni dans celui qui est à venir.
33. Ou dites que u l’arbre est bon et son fruit bon, ou dites que l’arbre est mauvais et que son fruit est aussi mauvais, car on connait l’arbre par le fruit.
34. v Race de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses étant méchant ? Car c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle.
35. w L’homme de bien tire de bonnes choses du bon trésor de son cœur, mais le méchant tire de mauvaises choses du mauvais trésor de son cœur.
36. x Or je vous dis que les hommes rendront compte au jour du jugement de toutes les paroles vaines 3 qu’ils auront dites,
37. Car tu seras justifié par tes paroles et par tes paroles tu sera condamné.
38. y Alors quelques-uns des scribes et des pharisiens lui dirent : Maître, nous voudrions te voir faire quelque signe 4.
39. Mais lui répondant leur dit : La race méchante et adultère demande un signe, mais il ne lui sera accordé aucun autre signe que le signe du prophète Jonas.
40. Car z comme comme Jonas fut dans le ventre d’un grand poisson trois jours et trois nuits, ainsi le fils de l’homme sera dans le sein de la terre trois jours et trois nuits.
41. aa Les Ninivites s’élèveront au jour du jugement contre cette nation et la condamneront, parce bb qu’ils s’amendèrent à la prédication de Jonas et il y a ici plus que Jonas.
42. cc La reine du Midi s’élèvera au jour du jugement contre cette nation et la condamnera, car elle vint d’un pays éloigné pour entendre la sagesse de Salomon et il y a ici plus que Salomon.
43. dd Lorsqu’un esprit immonde est sorti d’un homme, il va par des lieux arides cherchant du repos et il n’en trouve point.
44. Alors il dit : Je retournerai dans ma maison d’où je suis sorti et étant revenu il la trouve vide, balayée et ornée.
45. Alors il s’en va et prends avec soi sept autres esprits plus méchants que lui, lesquels y étant entrés habitent là ee et la dernière condition de cet homme-là est pire que la première, il en arrivera ainsi à cette méchante race.
46. Et ff comme Jésus parlait encore au peuple, sa mère et ses frères qui étaient dehors demandèrent à lui parler.
47. Et quelqu’un lui dit : Voilà la mère et tes frères sont dehors qui demandent à te parler.
48. Mais il répondit à celui qui lui avait dit cela : Qui est ma mère et qui sont mes frères ?
49. Et étendant la main sur ses disciples il dit : Voici ma mère et mes frères.
50. Car quiconque fera la volonté de mon père qui est aux cieux, c’est celui-là qui est mon frère et ma sœur et ma mère.

Réflexions

Cette lecture nous engage à considérer :
1. Que les pharisiens, au lieu de reconnaitre la vertu divine qui éclatait dans les miracles de notre Seigneur, disaient qu’il chassait les démons par la puissance du diable. On voit dans cet exemple que les gens aveuglés par leurs passions résistent aux moyens les plus forts que Dieu emploie pour vaincre leur endurcissement.
2. Jésus-Christ déclare aux pharisiens que ce blasphème, par lequel ils attribuaient au diable ce qui venait de l’esprit de Dieu, ne leur serait jamais pardonné parce qu’un tel blasphème marquait une malice désespérée et un endurcissement insurmontable. On ne peut pas aujourd’hui commettre ce péché-là, mais on se rend extrêmement coupable lorsqu’on tient des discours et que l’on a des sentiments profanes et impies et lorsqu’on résiste à la vérité après l’avoir connue et à la grâce du Saint-Esprit dont on sent l’opération en soi-même.
3. À l’occasion du blasphème des pharisiens, Jésus-Christ nous enseigne que les bons discours sont la marque d’un bon cœur, que les mauvais discours procèdent d’un cœur gâté et que les hommes rendront compte de toutes les mauvaises paroles qu’ils auront dites. Cela nous apprend qu’un homme de bien se reconnait par ses paroles et que le moyen de les régler bien est de régler notre cœur.
4. Sur ce que les pharisiens, après tant de miracles que le Seigneur avait déjà faits en leur présence, le prièrent encore de faire un signe, nous devons considérer que les incrédules et ceux qui ont le cœur mauvais ne sont jamais contents et qu’il n’y a rien d’assez clair ni d’assez fort pour les convaincre. Et le refus que notre Seigneur fit de faire ce signe nous montre que quand Dieu a fait inutilement ce qui était nécessaire pour surmonter l’endurcissement des hommes, il les abandonne justement à leur obstination.
5. Si l’exemple de la reine de Sçeba et celui des Ninivites condamnaient les juifs incrédules, ces exemples condamneront beaucoup plus les chrétiens qui ne s’amendent pas, puisque Dieu leur a fait plus de grâces qu’à ces Juifs dont Jésus-Christ parle.
6. Par la similitude du mauvais esprit qui rentre dans un homme après en être sorti, notre Seigneur marquait les malheurs qui allaient tomber sur les Juifs, lesquels après tout ce qu’il avait fait pour les délivrer de leur incrédulité, y persévéraient. Cela nous avertit que ceux qui ont eu part à la grâce de Dieu et qui en abusent perdent cette grâce et qu’ils tombent dans une plus grande condamnation.
7. Enfin, puisque Jésus-Christ déclare que ceux qui font la volonté de Dieu lui étaient aussi chers que sa mère et ses parents, nous devons reconnaître que la piété et l’observation des commandements de Dieu est la vraie marque des disciples de notre Seigneur et ce qui nous fait avoir part à son amour, qu’ainsi nous devons nous appliquer sur toutes choses à écouter sa parole et à la garder. Cela nous montre aussi que les personnes qui aiment Dieu et le craignent sont celles à qui l’on doit surtout donner son amour et son estime.


(m) v22 : Luc 11.14
(n) v23 : Chapitre 23.42 ; Jean 7.42
(o) v24 : Chapitre 9.34 ; Marc 3.22 ; Luc 11.15
(p) v25 : Chapitre 9.4 ; Jean 2.25 ; Actes 1.24
(q) v26 : Marc 1.23
(r) v29 : Ésaïe 49.24
(r) v30 : Marc 9.40 ; Luc 11.13
(t) v31 : Marc 3.28 ; Luc 12.10
(u) v33 : Chapitre 7.18 ; Luc 6.43
(v) v33 : Chapitre 7.18 ; Luc 6.43
(w) v35 : Luc 6.45
(x) v36 : Écclésiaste 5.7
(y) v38 : Chapitre 16.1 ; Marc 8.11 ; Luc 16.29 ; I Corinthiens 1.22
(z) v40 : Jonas 2.1-2 et 11
(aa) v41 : Luc 11.32
(bb) v41 : Jonas 3.5
(cc) v42 : I Rois 10.1 ; II Chroniques 9.1 ; Luc 11.31
(dd) v43 : Luc 11.24
(ee) v45 : II Pierre 2.20
(ff) v46 : Marc 3.31 ; Luc 8.20


(1) v24 : Béelzébub était l’idole des Accaronites. Voyez II Rois 1-2. Ce nom signifie le prince ou le dieu des mouches. Béelzébul est le même nom un peu changé et il signifie le prince ou le dieu de fiente. Les Juifs donnaient ce nom au diable, le chef des démons ou des mauvais anges.
(2) v27 : Vos fils. Cela regarde certains Juifs qu’on appelaient exorcistes, c’est-à-dire qui prétendaient chasser les démons et que les pharisiens ne condamnaient pas. Il y en avait même qui les chassaient par le nom de Jésus. Voyez Marc 7.37-38 et Actes 19.17. Les pharisiens ne pouvaient rien dire contre Jésus-Christ qui n’eût encore plus de force contre ces gens-là.
(3) v36 : C’est-à-dire : mauvais, impies, tels qu’étaient les blasphèmes des pharisiens dont il s’agit ici.
(4) v38 : C’est-à-dire : quelque miracle.


Cliquez sur un des liens suivants pour afficher le chapitre désiré : 

1   2   3   4   5a   5b   6   7   8a   8b   9   10   11   12a   12b   13a   13b   14   15   16   17   18   19   20   21a   21b   La suite arrivera le moment venu.


Version imprimable


Bienvenue
XHTML 1.0! Langue de référence : Les documents présentés sur ce site ont le français comme langue source. CSS!