Page numérisée


www.Ostervald-1744.com
La Bible Ostervald de 1744 avec les arguments et les réflexions de l'auteur.


Nouveau Testament

Numérisation en cours : Matthieu



L’Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon Matthieu

Matthieu 13, versets 24-58

Jésus-Christ propose la similitude de l’ivraie, celle d’un grain de moutarde, celle du levain, celle d’un trésor caché et d’une perle de grand prix et celle d’un filet, versets 24-50.
Il exhorte ses disciples à faire un bon usage de ses instructions et il va à Nazareth où peu de gens crurent en lui, versets 51-58.

24. Jésus leur proposa une autre similitude en disant : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui avait semé de bonne semence dans son champ.
25. Mais pendant que les hommes dormaient, son ennemi vint qui sema de l’ivraie parmi le blé et s’en alla.
26. Et après que la semence eut poussé et qu’elle eut produit du fruit, l’ivraie parut aussi.
27. Alors les serviteurs du père de famille lui vinrent dire : Seigneur, n’as-tu pas semé de bonne semence dans ton champ, d’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?
28. Et il leur dit : C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui répondirent : Veux-tu que nous allions la cueillir ?
29. Et il leur dit : Non, de peur qu’il n’arrive qu’en cueillant l’ivraie, vous n’arrachiez le froment en même temps.
30. Laissez les croître tous deux ensemble jusqu’à la moisson et au temps de la moisson je dirai aux moissonneurs : Cueillez d’abord l’ivraie et liez-là en faisceaux pour la brûler, mais assemblez le froment dans mon grenier.
31. k Il leur proposa une autre similitude et il dit : Le royaume des cieux est semblable à un grain de moutarde que quelqu’un prend et sème dans son champ.
32. Ce grain est la plus petite de toutes les semences, mais quand il a crû, il est plus grand que les autres légumes et il devient un arbre, tellement que les oiseaux du ciel y viennent et font leurs nids dans ses branches ?
33. l Il leur dit une autre similitude : Le royaume des cieux est semblable a du levain qu’une femme prend et qu’elle met parmi trois mesures de farine, jusqu’à ce que la pâte soit toute levée.
34. m Jésus dit toutes ces choses au peuple en similitudes et il ne parlait point sans similitudes.
35. De sorte que ce qui avait été dit par les prophètes fut accompli : n J’ouvrirai ma bouche en similitudes, j’annoncerai les choses qui ont été cachées depuis la création du monde.
36. Alors Jésus ayant renvoyé le peuple s’en alla à la maison et ses disciples étant venus vers lui lui dirent : Explique-nous la similitude de l’ivraie du champ.
37. Il leur répondit et leur dit : Celui qui sème la bonne semence, c’est le fils de l’homme.
38. Et le champ, c’est le monde. La bonne semence, ce sont les enfants du royaume. L’ivraie, ce sont les enfants du malin.
39. Et l’ennemi qui l’a semée, c’est le diable. o La moisson, c’est la fin du monde. Et les moissonneurs sont les anges.
40. Comme donc on amasse l’ivraie et qu’on la brûle au feu, il en sera de même à la fin du monde.
41. p Le fils de l’homme enverra ses anges qui ôteront de son royaume tous les scandales et ceux qui font l’iniquité.
42. Et ils les jetteront dans la fournaise ardente, q c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents.
43. r Alors les justes luiront comme le soleil dans le royaume de leur père. Que celui qui a des oreilles pour ouïr entende.
44. Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ, qu’un homme l’ayant trouvé le cache et de la joie qu’il en a, il s’en va et vend tout ce qu’il a et achète ce champ-là.
45. Le royaume des cieux est encore semblable à un marchand qui cherche de belles perles ;
46. Et qui ayant trouvé une perle de grand prix s’en va et vend tout ce qu’il a s et l’achète.
47. Le royaume des cieux est encore semblable à un filet qui étant jeté dans la mer ramasse de toutes sortes de choses.
48. Quand il est rempli, les pêcheurs le tirent sur le rivage et s’étant assis, ils mettent ce qu’il y a de bon à part dans leurs vaisseaux et ils jettent ce qui ne vaut rien.
49. Il en sera de même à la fin du monde, les anges viendront et sépareront les méchants du milieu des justes.
50. Et ils jetteront les méchants dans la fournaise ardente, c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents.
51. Et Jésus dit à ses disciples : Avez-vous compris toutes ces choses ? Ils lui répondirent : Oui, Seigneur.
52. Et il leur dit: C’est pour cela que tout docteur qui est bien instruit dans ce qui regarde le royaume des cieux est semblable à un père de famille qui tire de son trésor 1 des choses nouvelles et des choses vieilles.
53. Et il arriva que quand Jésus eut achevé ces similitudes, il se retirât de ce lieu-là.
54. t Et étant venu en sa patrie 2, il les enseignait dans leur synagogue de sorte qu’ils étaient étonnés et qu’ils disaient : D’où viennent à cet homme cette sagesse et ces miracles ?
55. u N’est-ce pas le fils du charpentier ? Sa mère ne s’appelle-t-elle pas Marie et ses frères Jacques et Joses et Simon et Jude ?
56. Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous ? D’où lui viennent donc toutes ces choses ?
57. De sorte qu’ils se scandalisaient de lui. Mais Jésus leur dit : v Un prophète n’est méprisé que dans son pays et dans sa maison.
58. Et il ne fit là que peu de miracles à cause de leur incrédulité.

Réflexions

Les similitudes de l’ivraie et d’un filet ont un même sens. Elles signifient suivant l’explication que notre Seigneur en donna que parmi ceux qui embrassent la profession de l’Évangile, il y aurait des hypocrites qui seraient mêlés avec les bons et que cela aura lieu jusqu’à la fin du monde, mais qu’alors ils seront séparés, que les méchants seront envoyés au feu éternel et que les justes seront reçus dans la gloire céleste. L’usage que nous devons faire de de ces paraboles, c’est de n’être pas scandalisés si nous voyons parmi les chrétiens des personnes qui suivent l’erreur et le vice, d’être sur nos gardes et d’éviter le commerce des méchants, de peur qu’ils ne nous séduisent, d’avoir cependant toujours pour eux des sentiments de charité et de travailler au reste, pour ce qui nous regarde, à être du nombre des justes afin qu’à la venue de Jésus-Christ nous soyons reçus dans son royaume.
Par les similitudes d’un grain de moutarde et du levain, notre Seigneur voulait marquer que quoi qu’il n’eût alors qu’un petit nombre de disciples et que sa doctrine ne fut presque pas connue dans le monde, elle se répandrait bientôt sur toute la terre. Mais Jésus-Christ disait cela en termes couverts et figurés, parce qu’il ne voulait pas alors dire ouvertement, crainte de scandaliser les Juifs, que les païens et tous les peuples entreraient dans l’Église. Ces similitudes sont prophétiques et l’on en voit le sens et la divinité dans l’établissement de la religion de Jésus-Christ qui a été annoncée et reçue dans tant d’endroits du monde, comme il l’avait prédit.
La similitude d’un trésor caché et celle de la perle tendent à nous montrer qu’il n’y a rien de plus précieux et de plus excellent que l’Évangile et les biens qu’il renferme, que le plus grand bonheur qui puisse nous arriver est de les posséder et qu’ainsi il faut faire avec joie tout ce qui peut nous les procurer et renoncer même à ce que nous avons de plus cher au monde pour acquérir un si précieux trésor.
Nous devons, comme Jésus-Christ y exhortait ses disciples, retenir ces divines instructions, les mettre et les serrer dans notre cœur afin d’en tirer continuellement les secours et les encouragements nécessaires pour résister aux tentations et pour nous animer à l’amour de Dieu et à la pratique des bonnes œuvres.
L’on voit sur la fin de ce chapitre, que bien que les habitants de Nazareth entendissent la doctrine de Jésus-Christ et qu’ils vissent quelques-uns de ses miracles, ils ne crurent point en lui parce qu’ils le regardaient comme le fils d’un charpentier et qu’il avait été élevé parmi eux, ce qui fit que notre Seigneur leur dit que nul prophète n’était reçu en son pays. Les hommes méprisent souvent les faveurs que Dieu leur accorde et les avantages les plus précieux, lorsqu’ils sont communs et qu’ils peuvent en jouir sans peine et Dieu voyant leur ingratitude les en prive, comme cela arriva à ceux de Nazareth à cause de leur incrédulité.


(k) v31 : Marc 4.30 ; Luc 13.20
(l) v33 : Luc 13.20
(m) v34 : Marc 4.33
(n) v35 : Psaume 78.2
(o) v39 : Joël 3.13 ; Apocalypse 14.15
(p) v41 : versets 49
(q) v42 : Chapitre 8.12, 22.12, 24.51 et 25.30
(r) v43 : Daniel 12.3
(s) v46 : Proverbes 23.23
(t) v54 : Marc 6.1 et Luc 4.16
(u) v55 : Jean 6.42
(v)
v57 : Marc 6.4 ; Luc 4.24 ; Jean 4.44


(1) v52 : C’est-à-dire : de sa dépense, de son cellier, du lieu où il tient ses provisions. (2) v54 : À Nazareth où il avait été élevé et où il avait fait son séjour ordinaire.


Cliquez sur un des liens suivants pour afficher le chapitre désiré : 

1   2   3   4   5a   5b   6   7   8a   8b   9   10   11   12a   12b   13a   13b   14   15   16   17   18   19   20   21a   21b   La suite arrivera le moment venu.


Version imprimable


Bienvenue
XHTML 1.0! Langue de référence : Les documents présentés sur ce site ont le français comme langue source. CSS!