Page numérisée


www.Ostervald-1744.com
La Bible Ostervald de 1744 avec les arguments et les réflexions de l'auteur.


Nouveau Testament

Numérisation en cours : Matthieu



L’Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon Matthieu

Matthieu 15

Jésus-Christ justifie ses disciples sur ce qu’ils n’observaient pas la coutume des pharisiens et des Juifs qui se lavaient les mains avant les repas, ce que les pharisiens faisaient, non pour la propreté, mais par un principe de religion, croyant que sans cela ils n’auraient pas été nets. Notre Seigneur reproche aux pharisiens qui se scandalisaient du procédé de ses disciples de violer eux-mêmes la loi divine par leurs traditions et surtout en enseignant que si quelqu’un consacrait à Dieu le bien dont il aurait pu assister père et mère il ne lui était plus permis après un tel vœu d’employer son bien au soulagement de son père ou de sa mère, versets 1-9.
Ensuite le Seigneur montre ce que c’est qui souille l’homme et ce qui ne le souille pas, versets 10-20.
Il guérit la fille d’une femme cananéenne et plusieurs malades, versets 21-31.
Il donne à manger à quatre mille hommes avec sept pains et quelques poissons, versets 32-39.

1. Alors a des scribes et des pharisiens vinrent de Jérusalem à Jésus et lui dirent :
2. Pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens ? Car ils ne se lavent point les mains lorsqu’ils prennent leurs repas.
3. Mais il leur répondit : Et vous pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu par votre tradition ?
4. Car Dieu a donné ce commandement : b Honore ton père et ta mère. Et c que celui qui maudira son père ou sa mère soit puni de mort.
5. Mais vous, vous dites : Celui qui aura dit à son père ou à sa mère : Tout ce dont je pourrais t’assister est un don consacré à Dieu, n’est pas coupable, quoi qu’il n’honore pas son père ou sa mère.
6. Et ainsi vous avez anéanti le commandement de Dieu par votre tradition.
7. Hypocrites, Ésaië a bien prophétisé de vous lorsqu’il a dit :
8. d Ce peuple s’approche de moi de sa bouche et m’honore de ses lèvres, mais leur cœur est bien éloigné de moi.
9. Mais ils m’honorent en vain en enseignant des doctrines qui ne sont que des commandements d’hommes.
10. e Et ayant appelé le peuple il leur dit : Écoutez et apprenez ceci.
11. Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme, mais c’est ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme.
12. Alors les disciples s’approchant lui dirent : N’as-tu pas remarqué que les pharisiens ont été scandalisés quand ils ont ouï ce discours ?
13. Mais il leur répondit : Toute plante que mon père céleste n’a point plantée sera déracinée.
14. Laissez-les, f ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles. Que si un aveugle conduit un autre aveugle, ils tomberont tous deux dans la fosse.
15. g Alors Pierre prenant la parole lui dit : Explique-nous cette parabole.
16. Et Jésus dit : Vous aussi, êtes-vous sans intelligence ?
17. Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans la bouche s’en va dans le ventre et est jeté aux lieux secrets ?
18. Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur et c’est ce qui souille l’homme.
19. Car c’est du cœur que viennent h les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les fornications, les larcins, les faux témoignages, les médisances.
20. Ce sont ces choses-là qui souillent l’homme, mais de manger sans s’être lavé les mains, cela ne souille point l’homme.
21. i Et Jésus partant de là se retira aux quartiers de Tyr et de Sidon.
22. Et une femme cananéenne, qui venait de ces quartiers-là, s’écria et lui dit : Seigneur, fils de David, aie pitié de moi, ma fille est misérablement tourmentée par le démon.
23. Mais il ne lui répondit rien. Sur quoi ses disciples s’étant approchés le prièrent, disant : Renvoie-là, car elle crie après nous.
24. Et il répondit : j Je ne suis envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël.
25. Et elle vint et elle se prosterna en disant : Seigneur, aide-moi.
26. Il lui répondit : Il n’est pas juste de prendre le pain des enfants pour le jeter aux petits chiens.
27. Mais elle dit : Il est vrai, Seigneur, cependant les petits chiens mangent des miettes qui tombent de la table de leurs maîtres.
28. Alors Jésus répondant, il lui dit : Ô femme, ta foi est grande, qu’il te soit fait comme tu le désires. Et à cette heure même, sa fille fut guérie.
29. k Et Jésus partant de là vint près de la mer de Galilée et étant monté sur une montagne, il s’y assit.
30. Alors une grande multitude de peuple vint à lui, ayant avec eux des boiteux, des aveugles, des muets, des estropiés et plusieurs autres qu’ils mirent aux pieds de Jésus et il les guérit.
31. De sorte que le peuple était dans l’admiration voyant que les muets parlaient, que les estropiés étaient guéris, que les boiteux marchaient, que les aveugles voyaient et ils glorifiaient le Dieu d’Israël.
32. l Alors Jésus ayant appelé ses disciples leur dit : J’ai pitié de cette multitude, car il y a déjà trois jours qu’ils ne me quittent point et ils n’ont rien à manger et je ne veux pas les renvoyer à jeun, de peur que les forces ne leur manquent en chemin.
33. Et ses disciples lui dirent : D’où pourrions-nous avoir dans ce lieu désert assez de pain pour rassasier une telle multitude ?
34. Et Jésus leur dit : Combien avez-vous de pain ? Ils lui répondirent ; Nous en avons sept et quelque peu de petits poissons.
35. Alors il commanda aux troupes de s’assoir à terre.
36. Et ayant pris les sept pains et les poissons et ayant rendu grâce, il les rompit et les donna à ses disciples et les disciples les donnèrent au peuple.
37. Et tous en mangèrent et furent rassasiés et on emporta sept corbeilles pleines des morceaux qui restaient.
38. Or ceux qui en avaient mangé étaient quatre mille hommes, sans compter les femmes et les petits enfants.
39. Alors Jésus ayant renvoyé le peuple entra dans une barque et il vint au territoire de Magdala.

Réflexions

L’entretien de Jésus-Christ avec les pharisiens nous présente les réflexions suivantes.
1. Que les hypocrites font uniquement consister la religion et la piété dans des devoirs extérieurs et souvent vains et de très petite importance, qu’ils observent scrupuleusement ces sortes de choses et condamnent ceux qui ne les observent pas, pendant qu’eux-mêmes manquent aux devoirs les plus importants et pèchent contre les commandements de Dieu les plus exprès.
2. Que le devoir des enfants envers père et mère est tout à fait inviolable, que rien ne les en peut dispenser et qu’ils sont particulièrement obligés d’assister leurs pères et leurs mères dans le besoin.
3. Que les vœux et les serments téméraires et contraires à la loi divine ne doivent point être gardés.
4. Que Dieu rejette le culte de ceux qui ne l’honorent que de la bouche et des lèvres et dont le cœur est éloigné de lui et qu’il veut être servi suivant qu’il l’a commandé dans sa parole et non pas suivant les inventions et les commandements des hommes.
5. Le sauveur du monde nous enseigne que ce ne sont pas seulement les actions extérieures qui souillent les hommes et qui les rendent coupables devant Dieu, mais que ce sont aussi et principalement les mauvaises pensées, les mouvements du cœur et les désirs qui tendent à l’impureté, à l’injustice, à l’orgueil, à la médisance et aux autres péchés. C’est là une doctrine très importante et d’un grand usage, elle nous oblige à nous étudier surtout à la sainteté intérieure et à la pureté du cœur et de la conscience.
6. On doit faire une attention particulière au miracle que notre Seigneur fit en guérissant la fille de la Cananéenne. Il refusa d’abord de guérir cette fille parce que sa mère était païenne et il en usa de la sorte, non seulement pour exciter le zèle de cette femme, mais aussi parce que le temps n’était pas encore venu auquel les païens devaient être appelés et parce que pendant son séjour sur terre, il ne faisait des miracles qu’en faveur des Juifs. Mais voyant la persévérance et la profonde humilité de cette femme il fit enfin ce qu’elle lui avait demandé. Dans cet exemple, nous voyons que les prières faites avec foi, avec humilité et avec persévérance sont très agréables à Dieu et très efficaces, que si Dieu ne nous exauce pas d’abord, il le fait afin de nous éprouver, d’animer par là notre zèle et de nous faire mieux sentir notre indignité, mais lorsque nous continuons à l’invoquer avec ferveur, il nous accorde enfin les grâces que nous lui demandons.
7. Au reste, on découvre dans ce miracle, de même que dans ceux que notre Seigneur fit en guérissant un grand nombre de malades et en nourrissant quatre mille hommes avec sept pains et quelques poissons, de nouvelles preuves de sa toute puissance et de sa bonté et le récit de toutes ces merveilles doit nous inciter à louer Dieu et à lui donner gloire comme le firent autrefois ceux qui furent témoins de ces miracles.


(a) v1 : Marc 7.1
(b) v4 : Exode 20.12 ; Deutéronome 5.16 ; Éphésiens 6.1
(c) v4 : Exode 21.17 ; Lévitique 20.9 ; Proverbes 20.20
(d) v8 : Ésaïe 29.13
(e) v10 : Marc 7.14
(f) v14 : Luc 6.39
(g) v15 : Marc 7.17
(h) v19 : Genèse 6.5 et 8.21
(i) v21 Marc 7.24
(j) v24 : Matthieu 10.6 ; Actes 13.46
(k) v29 : Marc 7.31
(l) v31 : Marc 8.1


Cliquez sur un des liens suivants pour afficher le chapitre désiré : 

1   2   3   4   5a   5b   6   7   8a   8b   9   10   11   12a   12b   13a   13b   14   15   16   17   18   19   20   21a   21b   La suite arrivera le moment venu.


Version imprimable


Bienvenue
XHTML 1.0! Langue de référence : Les documents présentés sur ce site ont le français comme langue source. CSS!