Page numérisée


www.Ostervald-1744.com
La Bible Ostervald de 1744 avec les arguments et les réflexions de l'auteur.


Nouveau Testament

Numérisation en cours : Matthieu



L’Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon Matthieu

Matthieu 18

Les apôtres demandent à notre Seigneur lequel d’entre eux serait le plus grand dans le royaume des cieux. Ils lui firent cette question parce qu’ils croyaient avec les Juifs que le Messie établirait son règne sur la terre et qu’il y aurait des dignités dans son royaume. Notre Seigneur, pour les désabuser de cette opinion met un petit enfant au milieu d’eux, il les exhorte à devenir semblables aux petits enfants, il les avertit de ne point mépriser ceux qui croyaient en lui, quoi qu’ils fussent petits selon le monde. Il leur représente que c’est un grand péché que de scandaliser aucun des fidèles et qu’il appelle même les plus grands pécheurs à la repentance et au salut. Tout ce discours de Jésus-Christ tendait à retirer les apôtres de l’opinion où ils étaient sur le règne du Messie et à leur inspirer des sentiments de charité et d’humilité, versets 1-14.
Dans la seconde partie de ce chapitre, Jésus-Christ enseigne à ses disciples comment ils devaient se conduire envers envers leurs frères qui les avaient offensés et ce que l’église doit faire à l’égard de ceux qui ne veulent pas profiter de ses avertissements. Après cela, il montre par une parabole que nous devons nous pardonner les uns aux autres, versets 15-35.

1. En a cette même heure-là, les disciples vinrent à Jésus et lui dirent : Qui est le plus grand dans le royaume des cieux ?
2. Et Jésus ayant fait venir un enfant le mit au milieu d’eux.
3. Et il dit : Je vous le dis en vérité, que si vous ne changez pas et si vous ne devenez comme des enfants, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux.
4. C’est pourquoi, quiconque s’humilie soi-même, comme cet enfant, celui-là est le plus grand dans le royaume des cieux.
5. Et quiconque reçoit un tel enfant à cause de mon nom, il me reçoit.
6. b Mais si quelqu’un scandalise un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui attachât au cou une meule 1 et qu’on le jeta au fond de la mer.
7. Malheur au monde à cause des scandales, car il est nécessaire qu’il arrive des scandales, mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive.
8. c Que si ta main ou ton pied te fait tomber, coupe-les et jette-les loin de toi, car il vaut mieux que tu entres boiteux ou manchot dans la vie, que d’avoir deux pieds ou deux mains et d’être jeté dans le feu éternel.
9. Et si ton œil te fait tomber, arrache-le et jette-le loin de toi, car il vaut mieux que tu entres dans la vie n’ayant qu’un œil que d’avoir deux yeux et d’être jeté dans la géhenne de feu.
10. Prenez garde de ne mépriser aucun de ces petits, car je vous dis que leurs anges 2 voient sans cesse dans les cieux la face de mon père qui est aux cieux.
11. Car d le fils de l’homme est venu pour sauver ce qui était perdu.
12. eQue vous en semble ? Si un homme a cent brebis et qu’il y en ait une égarée, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf pour s’en aller par les montagnes chercher celle qui s’est égarée ?
13. Et s’il la trouve, je vous dis en vérité, qu’il en a plus de joie que des quatre-vingt-dix-neuf qui ne sont point égarées.
14. Ainsi la volonté de votre père qui est aux cieux n’est pas qu’aucun de ces petits périsse.
15. f Si ton frère a péché contre toi, va et reprends-le toi et lui seul, s’il t’écoute tu auras gagné ton frère.
16. Mais s’il ne t’écoute pas, prends avec toi encore une ou deux personnes afin que tout soit confirmé sur g la parole de deux ou trois témoins.
17. Que s’il ne daigne pas les écouter, dis-le à l’église et s’il ne daigne pas écouter l’église, h regarde-le comme, un païen et un péager.
18. Je vous dis en vérité, i que tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans le ciel.
19. Je vous dis encore que si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander quelque chose, tout ce qu’ils demanderont leur sera accordé par mon père qui est aux cieux.
20. Car où il y a deux ou trois personnes assemblées en mon nom, j’y suis au milieu d’eux.
21. Alors Pierre s’étant approché lui dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère lorsqu’il m’aura offensé ? j Sera-ce jusqu’à sept fois ?
22. Jésus lui répondit : Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois.
23. C’est pourquoi ce qui arrive dans le royaume des cieux est comparé 3 à ce que fit un roi qui voulut faire compte avec ses serviteurs.
24. Quand il eut commencé à compter, on lui présenta un qui lui devait dix milles talents.
25. Et parce qu’il n’avait pas de quoi payer, son maître commanda qu’il fut vendu, lui, sa femme et ses enfants et tout ce qu’il avait afin que la dette fût payée.
26. Et ce serviteur se jetant à terre le suppliait en lui disant : Seigneur, aie de la patience envers moi et je te paierai tout.
27. Alors le maître de ce serviteur ému de compassion le laissa aller et lui quitta la dette.
28. Mais ce serviteur étant sorti, rencontra un de ses compagnons en service qui lui devait cent deniers et l’ayant saisi, il l’étranglait en lui disant : Paie-moi ce que tu me dois.
29. Et son compagnon en service se jetant à ses pieds le suppliait en lui disant : Aie de la patience envers moi et je te payerai tout.
30. Et il n’en voulut rien faire et s’en étant allé, il le fit mettre en prison pour y être jusqu’à ce qu’il eût payé la dette.
31. Ses autres compagnons en service, voyant ce qui s’était passé en furent fort indignés et ils vinrent rapporter à leur maître tout ce qui était arrivé.
32. Alors son maître le fit venir et lui dit : Méchant serviteur, je t’avais quitté toute cette dette parce que tu m’en avais prié.
33. Ne fallait-il pas aussi avoir pitié de ton compagnon en service comme j’avais eu pitié de toi ?
34. Et son maître étant irrité le livra aux sergents jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qu’il lui devait.
35. k C’est ainsi que vous fera mon père céleste, si chacun de vous ne pardonne pas de tout son cœur à son frère leurs fautes.

Réflexions

Jésus-Christ nous enseigne dans la première partie de ce chapitre :
1. Que pour entrer dans le royaume des cieux, il faut être extrêmement humble et avoir aussi peu d’attachement que les petits enfants pour la gloire et pour les bonheurs du monde.
2. Que l’on doit faire un très grand cas de ses vrais disciples, quand même ils seraient peu considérables dans le monde, que les gens de bien sont chers à Dieu, qu’il faut les honorer et les consoler, que Dieu les fait garder par ses anges et qu’il punira sévèrement ceux qui les auront méprisés, affligés ou scandalisés. Ces considérations doivent aussi encourager les fidèles et les remplir d’une grande confiance.
3. Jésus-Christ nous enseigne que les scandales font un grand mal, qu’il n’est pas possible qu’il n’en arrive, que cependant Dieu n’en est point la cause, qu’ils n’arrivent que par la faute des hommes et que ceux qui en sont les auteurs porteront la peine de leur péché. Il s’ensuit de là que nous devons éviter soigneusement le péché et le scandale et que nous pouvons le faire en pratiquant les conseils que Jésus-Christ nous donne et en évitant tout ce qui pourrait être, pour nous ou pour les autres, une occasion de chute.
4. Enfin, ce que notre Seigneur dit ici, qu’il y a de la joie au ciel pour un seul pécheur qui s’amende, fait voir qu’il ne nous est pas permis de mépriser personne, que nous devons au contraire procurer l’édification et le salut de tous les hommes et en particulier la conversion des pécheurs autant que nous le pouvons.
Dans la deuxième partie de ce chapitre,
1. Jésus-Christ établit l’autorité et la discipline de l’église et la nécessité des avertissements tant particuliers que publics, il montre que tous les membres de l’église doivent se soumettre à l’ordre qui y est établi et que ceux qui refusent d’écouter l’église doivent être réputés comme des païens et des péages, c’est-à-dire qu’on ne peut plus les regarder comme membres de l’église et qu’il faut les retrancher de la communion et il déclare au reste que Dieu ratifie et confirme dans le ciel ce que l’église fait conformément à ses intentions.
2. La promesse que notre Seigneur fait d’exaucer ceux qui s’assembleraient en son nom et d’être présent au milieu d’eux nous enseigne que les prières qui se font dans un esprit d’union et de charité sont très agréables à Dieu, de même que les assemblées que l’on forme pour le servir et pour l’invoquer.
3. Enfin, Jésus-Christ nous instruit sur la nature et sur la nécessité du pardon des offenses. Il explique la nature, en disant, que l’on doit pardonner jusqu’à septante fois sept fois, ce qui marque que ce pardon doit être général et sans borne et qu’il faut pardonner à toutes sortes de personnes et toutes sortes d’offenses, même celles qui seraient continuées et réitérées et cela en tout temps, sans jamais se rebuter. Il fait voir la nécessité de ce pardon par la parabole du serviteur à qui son maître avait quitté une dette fort considérable et qui ne voulut pas en quitter une très petite à l’un de ses compagnons en service.
Cette parabole nous met devant les yeux :
1. L’infinie bonté de Dieu qui veut bien nous pardonner à nous qui sommes ses créatures et ses serviteurs, quoique nos péchés soient grands et en grands nombres.
2. Le crime et l’ingratitude de ceux qui refusent de pardonner aux hommes qui sont leurs égaux et dont les offenses sont très légères en comparaison des péchés commis contre Dieu.
3. La terrible et juste punition de tous ceux qui ne pardonneront pas de bon cœur et à tout le monde les offenses qu’ils pourraient avoir reçues.


(a) v1 : Marc 9.34 ; Luc 9.46
(b) v6 : Marc 9.42 ; Luc 17.1
(c) v8 : Sus 5.10 ; Marc 9.43
(d) v11 : Luc 19.10
(e) v12 : Luc 15.4
(f) v15 : Luc 17.3 ; Lévitique 19.17 ; Proverbes 25.9 ; Jacques 5.19
(g) v16 : Deutéronome 19.15 ; Jean 8.17 ; II Corinthiens 13.1 ; Hébreux 10.28
(h) v17 : I Corinthiens 5.9 ; II Tessaloniciens 3.14
(i) v18 : Sus 16.19 ; Jean 20.23
(j) v21 : Luc 17.4
(k) v35 : Sus 6.14 ; Marc 11.26


(1) v6 : Grec : une meule d’âne, c’est-à-dire une grosse meule de moulin qu’un âne fait tourner. (2) v10 : Les anges qui prennent soin d’eux. (3) v23 : C’est-à-dire : il en est de ce que Dieu fait dans son royaume comme de ce que fait un roi.


Cliquez sur un des liens suivants pour afficher le chapitre désiré : 

1   2   3   4   5a   5b   6   7   8a   8b   9   10   11   12a   12b   13a   13b   14   15   16   17   18   19   20   21a   21b   La suite arrivera le moment venu.


Version imprimable


Bienvenue
XHTML 1.0! Langue de référence : Les documents présentés sur ce site ont le français comme langue source. CSS!