Page numérisée


www.Ostervald-1744.com
La Bible Ostervald de 1744 avec les arguments et les réflexions de l'auteur.


Nouveau Testament

Numérisation en cours : Matthieu



L’Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon Matthieu

Matthieu 20

1. Jésus-Christ propose la parabole des ouvriers, qui étant allé travailler à la vigne à diverses heures du jour, reçurent le même salaire, versets 1-16.
2. Il prédit sa mort et sa résurrection, versets 17-19.
3. Il répond à la mère de Jacques et de Jean, qui le priait que ses fils pussent tenir le premier rang dans son royaume, versets 20-28.
4. Il rend la vue à deux aveugles, versets 29-34.

1. Car le royaume des cieux est semblable 1 à un père de famille qui sortit dès la pointe du jour afin de louer des ouvriers pour travailler à sa vigne.
2. Et ayant accordé avec les ouvriers à un denier 2 par jour, il les envoya à sa vigne.
3. Il sortit encore environ la troisième heure et il vit d’autres qui étaient dans la place sans rien faire :
4. Auxquels il dit : Allez-vous-en aussi à ma vigne et je vous donnerais ce qui sera raisonnable.
5. Et ils y allèrent. Il sortit encore environ la sixième heure et la neuvième heure et il fit la même chose.
6. Et vers la onzième heure il sortit et il en trouva d’autres qui étaient sans rien faire, auxquels il dit : Pourquoi vous tenez-vous ici tout le jour sans rien faire ?
7. Ils lui répondirent : Parce que personne ne nous a loués. Et il leur dit : Allez-vous-en aussi à ma vigne et vous recevrez ce qui sera raisonnable.
8. Quand le soir fur venu, le maître de la vigne dit à celui qui avait soin de ses affaires : Appelle les ouvriers et leur paie leur salaire en commençant depuis les derniers jusqu’aux premiers.
9. Et ceux qui avaient été loués sur la onzième heure étant venus, ils reçurent chacun un denier.
10. Or quand les premiers furent venus, ils s’attendaient de recevoir davantage, mais ils reçurent aussi chacun un denier.
11. Et l’ayant reçu, ils murmuraient contre le père de famille,
12. Disant : Ces derniers n’ont travaillé qu’une heure et tu les as égalés à nous qui avons supporté la fatigue de tout le jour et la chaleur.
13. Mais il répondit à l’un d’eux et lui dit : Mon ami, je ne te fais point de tort, n’as-tu pas accordé avec moi à un denier par jour ?
14. Prends ce qui est à toi et t’en va, mais je veux donner à ce dernier autant qu’à toi.
15. Ne m’est-il pas permis de faire ce que je veux avec ce qui est à moi ? Ton œil est-il malin 3 de ce que je suis bon ?
16. Ainsi a les derniers seront les premiers et les premiers seront les derniers, car b il y en a beaucoup d’appelés, mais il y en a peu d’élus.
17. Et c Jésus montant à Jérusalem prit à part sur le chemin ses douze disciples et leur dit :
18. Nous montons à Jérusalem et le fils de l’homme sera livré aux principaux sacrificateurs et aux scribes et ils le condamneront à mort.
19. Et ils le livreront aux gentils pour être exposé à la moquerie et pour être fouetté d et crucifié, mais il ressuscitera le troisième jour.
20. e Alors la mère de Zébédée s’approcha de lui avec ses fils et se prosterna pour lui demander quelque chose.
21. Et il lui dit : Que veux-tu ? elle lui dit : Ordonne que mes deux fils qui sont ici soient assis l’un à ta droite et l’autre à ta gauche dans ton royaume.
22. Mais Jésus répondant leur dit : Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire et être baptisé du baptême dont je dois être baptisé ? Ils lui dirent : Nous le pouvons.
23. Et il leur dit : Il est vrai que vous boirez ma coupe et que vous serez baptisé du même baptême dont je serai baptisé, mais d’être assis à ma droite ou à ma gauche, ce n’est pas à moi de le donner, si ce n’est à ceux pour qui mon père l’a préparé.
24. f Les dix autres ayant ouï cela furent indignés contre ces deux frères.
25. Et g Jésus les ayant appelés leur dit : Vous savez que les princes des nations les dominent et que les grands leur commandent avec autorité.
26. Mais il n’en doit pas être ainsi parmi vous ; au contraire, quiconque voudra être le plus grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur.
27. h Et quiconque voudra être le premier entre vous, qu’il soit votre esclave.
28. Comme i le fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, j mais il est venu pour servir k et donner sa vie pour la rançon de plusieurs.
29. l Et comme ils partaient de Jéricho, une grande foule le suivit.
30. Et deux aveugles qui étaient assis près du chemin ayant entendu que Jésus passait crièrent en disant : Seigneur, fils de David, aie pitié de nous.
31. Et le peuple les reprit pour les faire taire, mais ils criaient encore plus fort : Seigneur, fils de David, aie pitié de nous.
32. Et Jésus s’arrêtant les appela et leur dit : Que voulez-vous que je vous fasse ?
33. Ils lui dirent : Seigneur, que nos yeux soient ouverts.
34. Et Jésus étant ému de compassion toucha leurs yeux et ils virent aussitôt et ils le suivirent.

Réflexions

1. Le but de Jésus-Christ dans la parabole des ouvriers était d’apprendre à ses disciples que les glorieuses promesses qu’il venait de faire à ceux qui quitteraient tout pour l’Évangile ne regardaient pas ses disciples seuls, mais que ceux qui seraient appelés après eux, même d’entre les païens, auraient part aux mêmes récompenses que ceux qui auraient été appelés les premiers et que bien loin d’en avoir de la jalousie, ils devaient s’en réjouir.
Il ne faut pas, au reste, abuser de cette parabole, ni en conclure qu’il serait assez tôt de se convertir à la fin de sa vie.
Il faut considérer sur cela, que tous ces ouvriers qui allèrent à la vigne à diverses heures du jour y allèrent dès que le maître de la vigne les y envoya, que ceux qui n’y allèrent qu’à la fin du jour n’y étaient pas allés plus tôt parce que le maître de la vigne ne les y avait pas envoyés et que ce fut à cause de cela qu’ils reçurent le même salaire que les autres.
De là il paraît que ceux qui obéissent à leur vocation, en quelque temps que Dieu les appelle, obtiendront le salut. Mais cela ne regarde en aucune façon ceux qui étant appelés depuis longtemps et même dès le commencement de leur vie refusent de suivre leur vocation, au contraire cette parabole prouve qu’ils n’ont point d’excuse et que nous sommes indispensablement obligés de travailler chacun de nous avec fidélité et avec persévérance et aussitôt que Dieu nous y appelle à faire sa volonté.
2. Il faut remarquer dans ce chapitre que notre Seigneur voulut avertir ses disciples de sa mort qui devait arriver dans peu afin qu’ils n’en fussent pas surpris.
3. L’on doit considérer ce qu’il répondit à la mère de Jacques et de Jean. Cette femme, croyant avec les Juifs que le Messie règnerait sur la terre comme les rois de ce monde, espérait que ses deux fils tiendraient le premier rang dans son royaume parce qu’ils étaient les parents de notre Seigneur et qu’il les avaient même distingués des autres apôtres en diverses occasions.
Jésus-Christ condamna cette demande qui marquait que cette femme ne connaissait pas la nature de son règne et qui était d’ailleurs capable de causer de la jalousie et de la division entre les apôtres.
Il leur dit qu’au lieu de penser à tenir un rang distingué comme les grands de ce monde, ils devaient plutôt s’humilier et s’abaisser et même se préparer
à boire la même coupe que lui et à être baptisé de son baptême,
c’est-à-dire à souffrir comme lui.
Et pour leur inspirer ces sentiments, il leur allègue son exemple disant qu’il était venu au monde pour y paraître comme un serviteur et y souffrir la mort.
Ceci nous avertit d’ôter de notre cœur l’ambition et l’orgueil, de ne point rechercher à nous élever les uns par-dessus les autres, mais de vivre dans l’humilité et de porter notre croix, suivant en cela l’exemple que le fils de Dieu nous a laissé.
4. On voit sur la fin de ce chapitre que Jésus-Christ donna en ce temps-là des marques de sa puissance aussi bien que de la compassion dont il était animé envers les affligés en rendant la vue à deux aveugles.


(a) v16 : Sus 19.30 ; Marc 10.31 ; Luc 13.30
(b) v 16 : Sous 22.14
(c) v17 : Marc 10.32 ; Luc 18.31
(d) v19 : Jean 18.35
(e) v20 : Marc 10.35
(f) v24 : Marc 10.41
(g) v25 : Luc 22.25
(h) v27 : Sous 23.11
(i) v28 : Philippiens 2.7
(j) v28 : Luc 22.27
(k) v27 : I Thimotée 2.6 ; Tite 2.14 ; I Pierre 1.19
(l) v29 : Marc 10.46 ; Luc 18.35


(1) v1 : Voyez la note au chapitre 18.13. (2) v2 : À un denier d’argent qui valait sept sous et demi. (3) v15 : C’est-à-dire : vois-tu avec envie et jalousie ce que je fais pour ces gens-là par un principe de pure bonté ?


Cliquez sur un des liens suivants pour afficher le chapitre désiré : 

1   2   3   4   5a   5b   6   7   8a   8b   9   10   11   12a   12b   13a   13b   14   15   16   17   18   19   20   21a   21b   La suite arrivera le moment venu.


Version imprimable


Bienvenue
XHTML 1.0! Langue de référence : Les documents présentés sur ce site ont le français comme langue source. CSS!